Chara Shugo ~ Shugo Chara


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Agito pv

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasukiko Henna
Cofonda' ; Car c'est entre la vie et la mort que se trouve la fin perpétuelle ஐ
ஐ Cofonda' ; Car c'est entre la vie et la mort que se trouve la fin perpétuelle ஐ
avatar

Féminin Messages : 1897
Date d'inscription : 16/02/2010

Personnage du RPG
Prénom du personnage: Sasukiko
Possesseur de Chara : Oui
Relations:

MessageSujet: Agito pv   Ven 17 Sep - 21:40


    Le chant des oiseaux, en général, ça doit être beau à l'écoute, mais en réalité, quand tu l'écoutes clairement, ça fait mal aux oreilles, étrange non ? On se fait tellement d'illusions rien que par la pensée, parfois, l'humain est idiot, vous ne trouvez pas ? Moi si. En étant une, je ne peux pas vraiment me qualifier de supérieur, franchement, je ne vois pas comment on pourrait dire que suis supérieure. Néanmoins, je ne me focalise pas sur mes actions futures, bien au contraire, j'ai tendance à rester coincée sur mon passé, un défaut mais aussi une qualité et il ne faut pas le nier. Aujourd'hui, le temps est à son plein, si on analyse bien le ciel et le reste du monde, c'est beau. Enfin... Tout dépend de ce que l'on appelle beau dans cette société d'humains et d'incompréhension. Si je devais résumer ce que je venais d'appeler beau, je devrais dire que c'est un ciel magnifiquement éclairé par des orages. L'éclairage, ils s'en sont donnés à cœur joie, à la vue des éclairs, le ciel est illuminé et cela donne une vision parfaite des nuages si étalés sur le ciel. Moi je ne me plains pas des orages, parce qu'il faut voir le bon côté des choses dans la vie, celui que je vois dans les orages, c'est que lorsque tu les regardes, tu vois une magnifique lumière qui résonne dans ta tête et qui donne un bonheur pour les yeux. Pour le reste, il ne pleuvait pas, ça donnait un air encore plus majestueux aux orages. Aucune pluie, rien, mis à part les quelques gouttes tombantes des feuilles des arbres, je ne voyais rien d'autre. Je pouvais décrire ce que j'observais par splendide mais les humains tels que les gardiens ou ceux qui ne sont pas très positifs diraient que c'est la catastrophe ce temps et qu'il faudrait s'en séparer vite fait pour avoir à nouveau droit au soleil. Pour continuer sur ma vision de beau, ce sera plus tard, je ne veux pas m'attarder sur ce sujet. C'est Sasukiko à l'appareil, je vous entends pas, vous êtes silencieux et c'est tant mieux parce que là, je vais vous décroché les mots quand vous allez découvrir ce qui m'attends aujourd'hui. Comme toutes les journées, je sens que je vais avoir droit aux chianti-ses de Raven. Non mais, pourquoi il me sert de frère ce type là ? Qu'est-ce qu'il peut m'ennuyer parfois. Franchement quel frère, je vous assure... Parfois je veux bien regarder le bon côté des choses, mais avec lui, j'en vois pas. Revenons, je suis en train de dormir dans mon lit posé dans ma chambre pratiquement vide. Je comprends pas comment on a put aménager ma chambre, vraiment, c'est quelque chose qui me dépasse. Réellement, pensez-vous que je pourrais mettre quelques objets par-ci par-là ? Pas moyen je vous dis, aucunes chances. Je dormais comme une marmotte jusqu'à ce que mon frère tout aussi stupide que mon père vienne ouvrir les rideaux de ma chambre lorsqu'un orage éclate. La lumière est belle mais pour se réveiller c'est pas la meilleure lumière, trop éclatante justement. Je me réveillais en sursaut, balançant mon coussin sur mon frère. Il le prit d'une main sans aucune difficulté et il commença à sourire dans ma direction. Je serra des dents et prit un air gêné mais énervé à le fois pour prendre la parole ; « Tu fais chier Raven ! Tu peux pas t'empêcher d'ouvrir les rideaux de ma chambre grand lorsqu'il y a une lumière quelconque dans le ciel. Franchement c'est pas un frère ça. » Je continuais de regarder dans sa direction jusqu'à ce qu'on entende un bruit étrange venant de Break, mon Chara. Ce bruit étrange était celui de son réveil. Non, je ne parle pas de la machine qui fait un "bip" continu dans la salle, je parle de la façon dont il se réveille. Disons que c'est un peu bizarre. Il fait un brouhaha pas possible le matin, insupportable. Mais c'est supportable en fait, je sais c'est contradictoire à la phrase que je viens de dire mais une fois qu'on s'est habitué, on se fiche pas mal des bruits qu'il fait. Raven et moi eurent le même réflexe, nous nous tournions vers le petit Chara aux cheveux blancs et sourions dans sa direction. Il ouvrit les yeux et s'étira les petits bras qu'il avait, nous regardant bizarrement. Il commença une phrase pratiquement incompréhensible, le réveil peut-être ; « Kouwa ? Kèke ai fait ? » On avait pas tout compris sur le coup, c'est un truc à faire pisser dans la culotte quand t'es bien chauffé. Si vous voyez l'expression que j'essaye d'utiliser, mais moi et les expressions, ça fait deux donc si vous ne comprenez pas, passez à la phrase suivante, ça n'aura rien de très surprenant. Enfin... Continuons notre périple. Si on peut appeler ça un périple vu que là ça donne plus envie de tourner la page plutôt que de continuer à lire ce qui est en train de s'éterniser. Désolée mais je peux pas faire autrement, donc je dois continuer. Bref, j'étais occupée de regarder Break qui venait de prononcer cette phrase bizarre et je lui sourit, ne faisant aucun commentaire. En même temps, je suis habituée à ces bruits étranges qu'il fait très souvent en se réveillant. Je commençais à regarder Raven et l'expression de mon visage avait vite changé d'allure. Il était plus chiant qu'autre chose. Je commençais à baisser les paupières et je lui demanda ceci ; « Eh bah ? Qu'est-ce que tu fais encore ici ? T'es sensé partir là. » Raven me regarda et haussa bêtement les épaules, repartant par la porte, contrairement à mes manières. Il était définitivement parti et je ne m'en plaignais pas. Après que Raven soit parti, je me mit sur le bord de mon lit et regarda le sol, observant longuement la moquette qui était sous mes pieds. Le regard que je laissais était pesant certes mais ça m'était complètement égal. Break se réveilla enfin correctement et se mit sur mon épaule. Lui il a de la chance, il n'a pas à mettre ses vêtements, ils sont déjà mit. Vraiment, j'aimerais bien être à sa place, ses vêtements sont toujours propres même s'ils les enlèvent pas. Quel bonheur, si je m'imaginais. Le nombre de fois que je me change est égal au nombre de fois que je me mouche quand je suis enrhumée, horrible. Vous vous fixez directement devant les yeux la vision d'horreur, je vous assure, c'est pas une vie qu'il faut avoir. Je continuais de fixer le sol, restant pensive jusqu'à ce que j'entende mon réveil sonner. Break allait l'éteindre et je me levais difficilement. J'avais les cheveux ébouriffés, je déteste ça, pas que je n'aime pas l'apparence, c'est la sensation qu'ils me donnent, c'est tout. Cette grosse touffe sur ma tête qui arrête pas de me gratter. Vous voyez, c'est encore un truc horrible dans ma vie, si je devais vous citez tout ceux que j'ai, ce serait une liste de plusieurs mètres avec mon écriture à pattes d'oiseaux. Je me dirigeais vers la salle de bain, prenant mon uniforme scolaire. Une fois dans la pièce, j'allumais ma douche et me déshabilla. J'entrais dans ma douche et commençait à me doucher comme n'importe qui le ferait. C'est banal certes mais très utile. Je me lavais les cheveux avec des tonnes de shampooing pour qu'ils ne se remettent pas en touffe. Je sortais de ma douche et m'essuyait tranquillement. Je mis mon uniforme de collégienne et m'essuyais les cheveux. Une fois que l'eau était enlevée, je commençais à les sécher correctement avec mon sèche-cheveux et ma brosse, pour que mes cheveux soient bien plats. Je pris ma brosse à dent, y appliqua le dentifrice et commença à brosser mes dents. Je me rinça la bouche et sortit de la salle de bain.J'étais devant mon lit, plus exactement en face de mon sac où je mettais mes fardes et mes cahiers de cours ainsi que les feuilles d'interrogations qu'il fallait corriger la veille. Je me fiche pas mal de ce que j'ai comme cours et pourtant, je mets dans mon sac mon horaire accompagné de mes clés de casiers et de chambre. Je fermais mon sac et le prit sur mon épaule, celui-ci était à bandoulière. Break s'assit sur mon épaule, sur la bandoulière du sac. Je commençais à marcher vers la porte, la refermant à clés derrière moi. Je regardais la porte fermée et me demandait pourquoi je ne voyais jamais la personne qui me servait de colocataire. Je ne le voyais pas souvent en tout cas. "Yuu Natsumi", je pense que c'est un employé de Yukai. Un truc du genre, mais je me souviens avoir lu son nom quelque part. En fait, je ne sais vraiment pas pourquoi je me pose des questions sur lui, il n'a aucun intérêt pour moi non ? Je ne le connais même pas, si j'avais une petite relation avec lui, ce serait déjà ça mais je ne me souviens même pas lui avoir parler. A moins qu'il soit déjà venu dans mon bureau ou dans celui de mon père pendant que j'y étais également. Bah, laisse tomber, pas besoin de s'acharner sur un sujet pareil alors que j'ai des choses à faire. Et pas mal en plus. C'est à peine si j'ai du temps pour moi, faudrait que je réorganise l'horaire pourri que m'a donné mon père un jour. Mais j'ai pas le temps pour le faire, c'est ça qui est contradictoire, c'est ennuyant, franchement, c'est pas la meilleure chose qui me soit arrivé d'être avec mon père dans la même société. Parfois je me dis qu'il était pas nécessaire que je m'inquiète. Je commençais à descendre les escaliers, étant au deuxième étage, pour rejoindre les cours. J'arrive dans les couloirs et j'attendais un long moment pénible en entendant les bruits qui couraient. Je regarda au fond du couloir et notre professeur de math arrivait, une femme splendide à première vue, tout les garçons regardent sa poitrine et son arrière-train. C'est génial en classe, on croirait se noyer dans la bave. Non, c'est juste que je suis à côté d'un garçon et c'est vraiment pénible, le pire c'est que je suis la seule à côté d'un mec. Affreux, je peux vous dire, c'est encore un truc horrible dans ma misérable existence. J'entrais dans la classe et le professeur commençait son cours, moi j'essayais d'éloigner mes bras de la bave qui coulait sur mon banc et je regardais ce qui me coulait dessus étrangement. Vraiment c'est un truc que je dois plus jamais faire ça, m'asseoir en Math à côté d'un garçon. Après le cours, je me précipitais vers la sortie m'essuyant vite les bras et les jambes, c'était vraiment affreux. Je regardais alors la classe et le prochain professeur était déjà là, c'est quoi cet intercours de mer** ? Franchement parfois je me dis qu'il faut que je change d'école, et vite. Le problème, c'est mon père et Raven, ils sont chiant sur ce coup. Bon, autant ne pas en parler et continuer dans mon histoire sinon je sens que je vais y passer l'éternité, c'est une longue histoire et on a plus le temps. Le cours d'après était ennuyant à mourir. Je me suis endormie durant tout le long et c'est affreux parce que ça veut dire que je vais devoir rattraper au prochain cours mais à chaque cours de Sciences, je m'endors, c'est bien connu. Je sortais de la classe et retournais dans ma chambre. La journée avait beau ne pas être terminée pour les autres, moi je l'avais finie. Je pris une tenue noire et la mit, sortant alors de la chambre. J'étais une tueuse cette fois, je change facilement de statut il faut dire. Je me baladais dans tout les recoins de la ville et j'achevais ma liste avec Break en Chara-change. Je tua en tout 209 personnes, rien de plus facile quand ils dorment ou qu'ils sont occupés de travailler. Vraiment, parfois, ce boulot, ça me donne un avantage, je suis pas occupée à travailler inutilement à l'école. 209 personnes, c'est énorme pour cette fois, je trouve que là, je me suis dépassée. Je commençais à regarder dans la direction de l'école et allais à nouveau me changer. J'ouvrais mon armoire et regarda la dizaine de tenues complètes que j'avais propre. Je pris ma tenue normale, celle que je prends pour sortir en ville ou simplement quand j'ai rien n'a faire, ce qui est très rare en fait. Je l'enfila et partis dans les rues. Je regardais à droite, à gauche, un peu partout, au ciel, mais rien. Je ne voyais rien d'intéressant, rien de palpitant, vide, désert. Vous ne trouverez jamais quelque chose de plus barbant qu'une ville à cette heure-ci. On est le soir et il fait noire, tiens ça rime. Je me dirigeais dans les anciennes ruines qui avaient été évoquées au journal. Je commençais à me rapprocher quand je remarqua que Break était resté dans la chambre. Je trouve que c'est pas plus mal au final. Je passa un dernier regard sur les ruines et m'approcha définitivement de cet endroit. J'arrivais sur une butte ou on voyait un grand trou où deux avions étaient posés, je commençais à glisser sur la paroi et je pris une lettre qui était posée sur le sol, je voulais la lire quand un bruit m'intrigua. Je remis la lettre dans le sac que j'avais et je m'avançais en dessous d'un des avions, le plus ancien apparemment. Il n'y avait pas grand chose en fait. Je regarda toujours aussi longuement le dessous de cet avion lorsque j'entendais une voix...


O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O°O

| ■■■■■■■■■■■■■■■ |
Loαdiиg . . .
Sasukiko HENNA


Cofondatrice
Présentation | MP ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-shugo-chara.forumactif.com
 
Agito pv
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chara Shugo ~ Shugo Chara :: L'extérieur :: Anciennes Ruines-
Sauter vers: